J’espère qu’on me pardonnera ce jeu de mots pourri, mais en voyant ces deux gouines anglaises, bisexuelles en réalité, jouer avec la bite de ce mec comme si c’était un gode, je n’ai pas pu me retenir. Donc, voilà, deux libertines amatrices de pluralité se caressent tout en s’occupant de la pine d’un gars manifestement ravi d’être ainsi traité.

voir le blog de Lexie