Comme j’ai déjà eu l’occasion de vous le dire, le confinement que nous avons vécu a été particulièrement dur pour une salope nymphomane comme moi. Pendant un mois, j’ai du me contenter d’une seule bite, celle de mon mari, qui ne bande à peu près qu’en me voyant baiser avec d’autres hommes. Donc je tiens à profiter du déconfinement, en espérant ne pas devoir reproduire cette expérience malheureuse, pour partouzer autant que possible. Ce film porno amateur libertin a donc été tourné en juin, sur une plage où j’ai l’habitude vider des couilles par dizaines. Et je peux vous dire qu’elles étaient bien pleines !

dogging slut